Sa vie


Son Développement
> Dans la capitale
> Dans le reste du monde
Son Déclin
> Son interdiction
> Son retour


SA VIE


Son Déclin

> Son Interdiction

Les agents suspects :

Il faut tout d'abord être conscient que l'alcoolisme est une maladie qui doit être soignée avec du temps et de la persévérance. La plupart du temps l'Absinthe n'était pas le seul alcool prit avec excès. Comme toute drogue dure ou douce, lorsqu'elle est mélangée, l'Absinthe accuse des effets néfastes à sa consommation.

Un autre élément controversé est la thuyone qui est contenue dans l'huile essentielle de la grande absinthe. Sa concentration dépend de la culture de la plante d'Absinthe. Il est à noter que l'on retrouve la thuyone dans de nombreuses plantes telles que : la sauge, certaines variétés de lavande...

Il est reconnu que la thuyone est une substance toxique car épileptisante. Cependant, les doses présentes dans l'absinthe sont tellement faibles qu'aucun risque réel ne peut être mis en avant, que ce soit lors de la consommation, de même que pour l'accumulation à long terme, de la substance dans l'organisme. Il est à noter que d'autres boissons contiennent de la thuyone : la " Grande Chartreuse " et le Génépis.

Il existait deux sortes d'Absinthe qui étaient différentes sur un point : l'alcool utilisé dans sa composition. La plupart des Absinthes de la région de Pontarlier et du Val de Travers en Suisse ont été fabriqués à partir d'alcool de raisins. Pour les Absinthes bon marché ce fut certainement de l'alcool de bois contenant du méthanol pouvant provoquer l'éthylisme, et même la cécité.

Un autre élément suspect de l'Absinthe est son taux élevé d'alcool. Son titre alcoolique atteignait couramment les 72°, comparés aux 55° maximum tolérés aujourd'hui. Mais là encore l'Absinthe n'était pas la seule boisson à titrer autant d'alcool, presque tous les alcools des bouilleurs de crus de l'époque dépassaient les 70°.

Cet élément va de paire avec l'alcool employé dans sa composition. En effet pour les absinthes " vraies ", la coloration était obtenue naturellement par les ingrédients présents. En ce qui concerne les " mauvaises " Absinthes, cette coloration était obtenue par l'ajout de toute sorte de produits chimiques tels que le sulfate de zinc.

C'est sans nul doute ce taux d'abord qui a provoqué la disparition de l'Absinthe car étant sur " le banc des accusés " lors de son procès. Il faut d'ailleurs préciser qu'elle est présente dans des digestifs inquiétés le moins du monde comme la " Grande Chartreuse " et le Génépis.

En conclusion, on peut dire que l'Absinthe et surtout les mauvaises Absinthes combinaient toutes les données pour recevoir toutes les foudres des uns et des autres qui voulaient sa mort. Pourtant, la réponse des producteurs d'offrir des Absinthes toujours plus saines n'a en rien empêché sa disparition. Alors quelle en fut vraiment la cause ?

Les vignerons jaloux

L'Absinthe était devenue l'apéritif roi de la seconde moitié du XIXe siècle ce qui entraîna la baisse de la consommation de vins rouges et blancs.

Les vignerons voyant cette concurrence, n'avaient de cesse de demander une taxation plus élevée de l'Absinthe, sans l'obtenir.

Mais c'était sans compter sur un élément extérieur : le phylloxera vastatix. En effet après l'oidium en 1845 et le mildiou en 1878, ce petit puceron s'attaqua à tous les vignobles français.

Néanmoins, grâce aux progrès de la science, des ceps plus résistants furent replantés, ce qui eut pour effet une surproduction vers 1900. Face à cette chute brutale des cours, l'Absinthe n'eut plus aucune protection.

Georges Clemenceau alors président du conseil, adversaire résolu des excès alcooliques se place du coté des vignerons mécontents. Il ouvre un enquête sur les responsabilité de l'alcool dans les asiles psychiatriques. Les résultats, contre toute attente, démontreront que les départements où on trouve le plus d'aliénés sont ceux ou l'on boit le moins d'Absinthe !

Il ne faut toutefois pas croire à une opposition entre l'Est et le reste de la France. Car d'une part, les producteurs d'Absinthe en vendaient souvent à leur fournisseur d'alcool de raisins et d'autre part que les principaux ingrédients tels que le fenouil et l'anis étaient achetés dans le Gard ou le Tarn.

Les ligues anti_alcoolique

C'est en Suisse que les premières campagnes furent déclenchés. C'est par un crime commis dans une petite commune de Suisse, dans les environs de Nyon que tout commença.

Un homme tua à coup de fusil sa femme enceinte et ses deux enfants sous l'emprise de l'Absinthe. Aussitôt la Croix Bleue, association de prévention antialcoolique, associée aux producteurs de schnaps organisèrent d'importantes manifestations. Il fut bien démontré que le criminel consommait de la " piquette " qu'il produisait lui-même, rien n'y fit.




Sur cette affiche on peut voire la Fée verte poignardée par une croix bleue en plein coeur. Un homme, peut-être un prêtre, tenant d'une main la bible, montre de l'autre la date fatidique du 7 octobre 1910 à minuit.

Cette affaire arriva aux oreilles françaises de la Ligue nationale contre l'alcoolisme. Le crime n'était pas le premier imputé à l'Absinthe mais il concernait la destruction d'une famille entière. Ce fut une raison imparable pour demander en 1906 l'interdiction de l'Absinthe qui recueillit 400 000 signatures.

L'Absinthe fut alors interdite en Suisse le 5 juillet 1908 avec un vote remporté par 63,5% de suffrage favorable. Elle fut aussi prohibée en 1906 en Belgique, en 1908 en Hollande, en 1912 aux Etats-Unis et en 1913 en Italie.

En France, après la déclaration de guerre de l'Allemagne le 3 août, elle fut interdite dans la région militaire de Nice, suivie par le préfet de police de la Seine le 15 et par le préfet du Doubs le 17. Finalement, le 17 mars 1915, la loi interdisant la " fabrication, la vente en gros et au détail ainsi que la circulation de l'Absinthe et des liqueurs similaires " fut publiée au Journal Officiel.


La guerre contre l'Absinthe est désormais gagnée,
mais qu'en est il de l'alcoolisme ?


[ Retour en Haut ]




 64016 visiteur(s) | Arthemisia.free.fr - v.2.0.1 - Mise à Jour 08/11/2004