Sa vie


Son Développement
> Dans la capitale
> Dans le reste du monde
Son Déclin
> Son interdiction
> Son retour


SA VIE


Son Développement Mondial

> Dans le Reste du Monde

L'Absinthe au cours des nombreuses périodes coloniales dans le monde entier a été exportée sur tous les continents, d'Asie en Amérique en passant par l'Afrique et l'Europe.

En Europe :

A part la France et la Suisse, les pays d'Europe ayant adopté l'Absinthe sont très peu nombreux. En effet, l'Allemagne et l'Italie avaient déjà des alcools locaux comme le Schnaps ou le Martini. Par contre, l'Espagne, étant déjà producteur de boissons anisée, l'adopte sans délai ou elle retrouva son statut de boisson mythique.

L'Absinthe ne fut jamais interdite en Angleterre mais, en 1893, l'exposition de la célèbre toile de Degas (cf. annexes) provoque un scandale retentissant. D'un coté ceux qui voient dans cette toile la modernité de la peinture et de l'autre qui y voient une image de propagande. L'Absinthe n'a pourtant jamais été interdite en Angleterre et ces accusations n'ont en rien empêché son succès.

Pour la Belgique, on peut noter l'anecdote suivante : en 1834, Paul Verlaine, sous l'emprise de l'Absinthe, tire sur Arthur Rimbaud à Bruxelles. En 1895, la marque Robette est essentiellement connue pour ses splendides affiches style art nouveau. L'Absinthe sera interdite en 1906.

En Afrique :

L'Absinthe comme d'autres alcools d'ailleurs fut utilisée avant tout pour combattre les eaux malsaines. L'Absinthe est un vermifuge très efficace ainsi elle fut utilisée par les soldats européens lors de la période coloniale. C'est pourquoi elle est restée présente dans l'ensemble du continent. L'Afrique regorge de petits villages où personne ne se soucie de son interdiction.

Il convient aussi de se rappeler le rituel qui accompagne la préparation du thé à la menthe dans les pays arabes, très proche de celui de l'Absinthe.

Sa présence est aussi par maintes reprises relayée par la littérature, notamment dans les " Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon " d'Alphonse Daudet et le cinéma.



En Asie :

On pourra noter tout d'abord la découverte d'archéologues ayant remonté des profondeurs l'épave d'un trois-mâts nommé la " Marie Thérèse " faisant la liaison Bordeaux-Saïgon avec, dans ses cales, de nombreuse bouteilles de vins français ainsi que de bouteilles Pernod Fils ! Ce qui prouve bien que l'Absinthe était connue jusqu'en Asie.



Sa consommation s'est prolongé comme en Afrique bien longtemps après son interdiction. De plus, il faut noter, que les Chinois combattent avec succès la Malaria avec une boisson à base d' arthémisia annua. Ce qui offrait une bonne raison aux nombreux colons de la consommer car offrant les mêmes bienfaits que cette variété.

Malheureusement, elle fut un des vecteurs important de la montée de l'alcoolisme et la disparition progressive des traditionnelles maisons de thé. C'est pourquoi on ne la retrouve plus que très rarement dans quelques bars occidentaux.

En Amérique :

C'est sûrement à la Nouvelle-Orléans que l'Absinthe a connu son plus grand succès en Amérique. On la retrouve dans l'oeuvre " Entretient avec un vampire " de Anne Rice reprise au cinéma en 1994. La scène se passe en 1791. L'Absinthe est alors montrée comme seule capable de tuer un vampire. Ce qui est une idée aussi ridicule que l'on ne peut opposer deux mythes sans risquer de les ridiculiser. D'ailleurs ce ne sera pas repris dans l'adaptation cinématographique.

Pour ce qui est de l'Amérique du Sud, on retrouve en Argentine, en Uruguay et au Paraguay de l'Absinthe Edouard Pernod et Cusenier.

[ Retour en Haut ]




 63465 visiteur(s) | Arthemisia.free.fr - v.2.0.1 - Mise à Jour 08/11/2004